John Hamon

 

John Hamon
vit et travaille à Paris.

Depuis 2001, John Hamon se promeut en tant qu’artiste en utilisant de façon systématique son portrait.

Cette démarche est associée à la formule :
« C’est la promotion qui fait l’artiste, ou le degré  zéro de l’art. »

Il y a dans cette approche une volonté de rendre l’artiste maître de son destin.

Ici, comme dans une campagne d’affichage électorale, John Hamon, est créateur de sa reconnaissance en tant qu’artiste.

Dans la volonté de concentrer l’attention du spectateur sur son concept, il évite de s’impliquer esthétiquement dans son travail.
C’est ainsi que nombre de ses travaux font intervenir d’autres artistes qui eux peuvent intervenir sur l’esthétique de son visuel.

Cela permet de clarifier le message selon lequel la promotion est la seule chose nécessaire pour l’obtention du statut d’artiste, et qu’il n’est pas besoin de dessiner, peindre ou autre.

C’est ainsi que lorsqu’en 2017, après 16 ans d’affichage, John Hamon réalise enfin, en collaboration avec la Galerie Fantôme, une première série d’œuvres collectionnables, l’événement est d’autant plus historique, car bien que restant dans le cadre de son visuel, il accepte une implication directe dans l’élaboration d’un rendu « esthétique ».